Chargement…

Communiqués de presse

Pollution : de la parole aux actes

(11 février 2018)

Dix, c’est le nombre de jours dont la France dispose pour que les villes dépassant les seuils européens de particules fines (PM10) et de dioxyde d’azote (NO2) proposent un plan d’actions immédiatement applicables, afin d’être en conformité avec la réglementation européenne. Après 5 rappels depuis 2009 et autant d’inertie politique, les villes concernées n’ont jamais été aussi proches d’une condamnation par la Cour européenne de justice.
Strasbourg est directement visée par ce contentieux. En effet malgré les annonces régulières de l’Eurométropole, les mesures prises face à ce fléau sanitaire sont nettement insuffisantes, et vont même parfois à l’encontre du bon sens. Derniers exemples en date : l’usine “Blue papers” qui s’est vu octroyer une autorisation d’augmenter de 30% ses émissions de NOx alors que Strasbourg dépasse déjà allègrement les normes européennes de concentrations en NO2, ou encore le projet de maintien des capacités de l’usine d’incinération alors que sa rénovation est une opportunité rare de pouvoir les réduire.

[Cliquez pour lire la suite]


Notre position sur l’incinérateur

(14 janvier 2018)

Alors que l’incinérateur à l’arrêt est toujours en désamiantage jusqu’à la mi-2018, la perspective d’une rénovation aboutissant à un incinérateur de même capacité (270 000 T/an) se rapproche.

Nous sommes convaincus que nous faisons fausse route en choisissant la rénovation à l’identique de l’incinérateur de Strasbourg. Choisir ce chemin, c’est aller à l’encontre de l’amélioration de la santé des habitants alsaciens. C’est une lourde responsabilité politique vis-à-vis de l’environnement et du bon usage de l’argent public.

[Cliquez pour lire la suite]


Pour un « territoire zéro déchet » cohérent

(publié dans le quotidien les DNA du 03 mars 2017)

« Nous souhaitons tout d’abord souligner l’avancée que constitue la démarche “Strasbourg territoire zéro déchet/zéro gaspillage”. Ce programme établi en collaboration avec l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) permet à ce jour de lancer une dynamique de territoire qui favorise enfin la prise en compte réelle de la problématique des déchets. Un thème trop souvent délaissé alors que ses implications économiques, écologiques et sociétales sont nombreuses. Nous saluons également les créations de postes récentes au sein des services des déchets. »

[Cliquez pour lire la suite]

mattis lectus ante. ut odio et, at dolor. Aenean eget nec